Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 17:28

 

 

 

 

 

 

                             Je ne sais de la rouille ou du lierre celui qui me pousse ou me retient.

 

 

 

DSC06818

 

 

 

 

                                         Mais si je croisse, si j'insuffle mes anciennes coupures, mes taillades, mes cicatrices chlorophylles, je ne saurais vouloir revivre autrement. Alors j'essaie, seulement j'essaie. Ou j'envisage un autre sort, une destinée de ferraille inerte.

 

 

 

 

 

 

DSC06806.JPG

 

 

 

 

                                              Il a pris de moi le grain trop lourd, s'est accroché à mes entailles, rongeant ma peau d'usure. Je laisse sont entêtement manger mon souffle de fer. Il ne sait pas lui, que je suis née de la main, que j'ai été dessinée du doigt : celui qui pointe vers le ciel, celui qui dit, qui décide et qui tranche. Le lierre ne sait pas, il grimpe, et sa certitude m'effraie.

 

 

 

 

 

DSC06824

 

 

 

 

                                          Ce qu'il ignore, c'est la précision de mes hésitations, ce vouloir. Et je me trouble, la lenteur de sa marche et la douleur de ses bras autour de mes brisures de lame, sa langueur et l'acuité de sa force. Je me trouble et désespère de sentir près de son emprise, les germes sombres de ma décrépitude. Je crois céder parfois.

 

 

 

 

 

 

DSC06821

 

 

 

 

 

                                               Ce n'est que le bleu qui me dira, que lui.

                                      Il agitera de sa monocorde harpe de soie les élans de la main. Et lui, le lierre, là si vert, là si tenace, arrachera sa visqueuse adhérence de mes barreaux moissonneurs. Je reprendrai peut-être le chemin de la main, du doigt qui décline, détruit et décide. Je fendrai les herbes à bêtes encagées, je diviserai le blé de la terre pour que la main nourrisse l'enfance et l'avenir.

 

 

 

 

DSC06846

 

 

 

 

 

                                                    Il enfle vers le bleu comme je m'en approche. Né, lui, de la glaise sauvage, moi de la main. Il n'y a pas de bataille. Une simple cadence. Une échancrure sur ma peau, une trace de vie que je n'aurai jamais.

                                                     Et le bras qui m'a faite, lourde et hachée de rayures tranchantes. La main, le lierre et moi faucheuse aux rouilles épaisses. La main d'où le ciel vacille, le lierre à qui j'attache plus qu'il ne me retient.

 

                                                   Je ne sais si j'attends, je ne sais si de moi je désire.

 

 

 

DSC06834

 

 

 

 

 

 

                                                                                                   Texte : Inta link

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Géco
commenter cet article

commentaires

Njel 20/06/2012 20:38


Revérence, à tous les deux!!!

Présentation

  • : Géco
  • Géco
  • : Ici, c'est autre chose que loin, c'est ailleurs............. Jean Giono
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Pages