Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 14:00
 

Pour Inta, très belle rencontre faite sur le Wizzz de télérama.fr









" Je n'ai pas tenu ma promesse, Tombouctou non plus.
C'est fini les anciens mots d'Afrique. Mais ils reviendront plus tard, ils surgiront du fond de ma mémoire. Mon Afrique à moi, celle qui me ressemble. Afrique du regard et de la peau effleurée des yeux, contemplée par mes épidermes encore douloureux de sa misère somptueuse.

Elle est en moi, elle est moi. A chaque expiration je la souffle sur vous, à chaque inspiration elle me revient encore plus puissante.

Elle ne me quitte pas, m'accompagne jusque dans mes souvenirs lorsqu'elle n'existait qu'ailleurs.

Elle m'a fait, m'a insuflé la force et la pliure qui m'éloigne.

A chaque mot que je vous donnerai, elle sera tresse élancée, Targuia, passagère du désert, Mopti mouillée d'amour, Bamako, ma ville.

Ne la cherchez pas, elle est là, toujours, c'est tout."



  Inta     Extrait de  "Des dunes et des ocres"


Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 13:27


Eté 2008 sur les bords de la Drôme.

Avez-vous déjà remarqué avec quelle facilité les racines se faufillent dans le moindre interstice pour donner naissance.... à de jolies demoiselles ?































































































" Je suis un souffle d'air.
Un son qui passe.
L'écho fugace d'un miracle profond.
Car je suis plus que la chair mystérieuse
Qui un jour se trouva par quelqu'un mise au monde ."

David Escobar Galindo

Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 21:03




" On est pas encore revenu du pays des mystères
Il y a qu'on est entré là sans avoir vu de la lumière
Il y a l'eau, le feu, vivendi et la terre
On doit pouvoir s'épanouir à tout envoyé enfin en l'air

On peut toujours saluer les petits rois de pacotille
On peut toujours espérer entrer un jour dans la famille
Sûr que tu pourras devenir un crack boursier à toi tout seul
On pourrait même envisager que tout nous explose à la gueule

Autour des oliviers palpitent les origines
Infiniment se voir rouler dans la farine

A l'envers, à l'endroit, à l'endroit, à l'envers
A l'envers, à l'endroit, à l'endroit, à l'envers.....












...Autour des amandiers fleurissent les mondes en sourdine
No pasaran sous les fourches caudines....

















...A l'envers, à l'endroit, à l'endroit, à l'envers
A l'envers, à l'endroit, à l'endroit, à l'envers.


Noir désir.





Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 20:24




    Recherchez l' âme de la Provence profonde, si un jour vous en avez l'occasion....cette aventure vous enrichira sûrement !


    Ce pays recèle de nombreux trésors car il sait façonner les caractères forts :  vivre sur cette terre se mérite.....
   

  
















Merci Philippe pour la belle promenade du côté de Carluc.









" Il était une feuille"

"Il était une feuille avec ses lignes
Ligne de vie
Ligne de chance
Ligne de coeur.
Il était un arbre au bout de la branche.
Un arbre digne de vie
Digne de chance
Digne de coeur.
Coeur gravé, percé, transpercé,
Un arbre que nul jamais ne vit.
Il était des racines au bout de l'arbre.
Racine vigne de vie
Vignes de chance
Vignes de coeur.
Au bout des racines, il était la terre.
La terre tout court
La terre toute ronde
La terre toute seule au travers du ciel
La terre."

Robert Desnos

Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 21:56





J'ai créé il y a deux semaine un "Wizzz" sur Télérama. fr (en lien) où vous retrouvez une partie de mes photos.
J'y est rencontré Njel qui m'a fait une joie immense en m'avouant avoir composé "grève" après avoir voyagé sur le blog.
Je lui fait donc un petit cadeau .....tout simple, pour illustrer ce merveilleux poème dédié à son frère.









" J'ai posé mes pas sur le sable
Le sable me l'a bien rendu
J'ai offert mes bras dans le vent
Le vent me l'a bien rendu
J'ai posé mes oreilles sur l'immence océan
Le géant les a en-chantées
J'ai marché sous le soleil d'Afrique
J'ai marché, mon frère à mes cotés,
Cherché l'embouchure du fleuve
Casamance
J'ai marché, brûlée, avec mon frère
Le long des courbes fières
Sur les lumières infinies
Forêt de bois flottés
Milles rivières éparpillées
Casamance dissimulée
Casamance
A jamais, rêvée.
Nous avons posé nos pas,
Sur le sable

Le vent
                 Les a
                                enlevés.

Njel

Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 21:01



Au sein du musée promenade de Digne les bains se cache un étrange fossile, squelette de forme humaine encastré dans la roche dont le corps se termine....en queue de poisson.

C'est l'hydropithèques ou "singe d'eau" : le "chaînon manquant" de la création


Les fossiles qu'invoque Joan Fontcuberta introduisent une dimension inhabituelle au sein d'une réserve géologique : la fiction.
Car qui connait le travail de l'artiste Catalan aura reconnu dans se projet l'intérêt marqué de celui-ci pour les propositions plastiques narratives capables de brouiller les frontières qui séparent le vrai du faux.
Les fossiles d'hydropithèques sont assuremment des faux. Ils sont aussi faux que le récit circonstancié qui retrace leur secrète découverte.



















" Ce qu'a de vraiment singulier de parsemer la nature d'oeuvres d'art, c'est de nous rappeler sont caractère intrinsèque d'espace façonné, ou si l'on préfère de paradigme de modèle culturel, de laboratoire de sensibilité et de lieu de mémoire. Penser la nature équivaut à l'artificialiser (l'humaniser, la culturaliser).
La muséifier serait l'une des manières de le faire des plus raffinées intellectuellement"


Joan Fontcuberta.

Source : Musée Gassendi et Cairn

Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 20:31



Souvenirs de l'été dernier : Un 14 Juillet à  Carcassone.

L'embrasement commence bien avant que la nuit soit tombée et celui-ci est naturel.




























" Le soleil paraît, lion ancestral, viscère central et paternel de notre univers.
La nuit couvre d'écailles argentées les espaces océaniques.
Les météores répandent le phosphore céleste.
Le soleil, l'eau, le printemps préparent le pain quotidien.
Une prière est née. Un poème est né....

Pablo Neruda




Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 19:41


  


    J'ai retrouvé Annie cet été et nous avons longuement flâné dans le "jardin de l'espoir". Ce fut un moment savoureux.

    Elle pétillait à me faire découvrir d'autres plantes, d'autres fleurs, son"feu d'inflorescence"comme j'aime à le nommer.
Patience, vous le verrez bientôt.
   

   Elle orienta mon regard en direction d'arbres aux troncs insolites... ....Avec beaucoup de pudeur, ils osent se dévoiler.









" Qui peut le plus
Peut le minimum....










....Je t'aime comme ça....
....Sans artifices...









....Tu es bien plus beau comme ça
Un point c'est tout
Un point c'est toi ...."

Zazie : "Un point c'est toi"



Je profite de cet article pour vous proposer "un voyage dans l'intimité des arbres du monde".

Le livre de Cédric Pollet qui s'annonce merveilleux : "Ecorce" !






Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 18:46





" On devrait toujours dire avant
 l'importance que les gens prennent
tant qu'il est encore temps ...." 




J'aimais beaucoup mon Grand-père.

Il était un homme gentil, généreux, discret...Il était un vrai Bon-papa.
Je parle de lui pour la première fois, sûrement par pudeur, mais si un zest de poésie coule dans mes veines, je le lui dois....entre-autre, car il était un grand poète.

Tout les matins et en toutes saisons, il partait se promener dans les bois avec son fidèle compagnon pour admirer...la nature.

Je pense à lui, souvent...C'est l'automne, il est assis paisible sur un vieux banc, fumant sa pipe et fredonnant sa chanson préférée  ....."les feuilles mortes"......













"Oh ! je voudrai tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis.
En ce temps là, la vie était plus belle,
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
Tu vois je n'ai pas oublié.....
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Et le vent du nord les emporte
Dans la nuit froide de l'oubli.
Tu vois je n'ai pas oublié
La chanson que tu me chantais.

C'est un chanson qui nous ressemble.
Toi, tu m'aimais et je t'aimais......



Jacques Prévert

Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 17:53



Un Dimanche à Popenguine, avec les amis.
J'emmène Patrick et Luis flâner sur les plages et dans un petit coin de paradis : les criques de la réserve naturelle.
A la vue du paysage, nous sommes soudain atteint d'une frénésie landartesque et nous voilà à peindre les rochers aux couleurs des ocres que les marées ont arrachées aux rochers.
Parfois je me dis que les passants doivent nous prendre pour des fous... mais non, ils sourient......

Salut à vous les hommes tranquilles !









































" Connaitre une chose c'est être en union avec elle, lui être intérieur et l'aborder de dedans.
En demeurant à l'extérieur on ne peut jamais connaitre une chose dans son essence.
Pour connaître les choses il ne faut pas les disséquer, il faut plutôt les unir à une autre chose."

Alassane Ndaw




Repost 0
Published by Geco
commenter cet article

Présentation

  • : Géco
  • Géco
  • : Ici, c'est autre chose que loin, c'est ailleurs............. Jean Giono
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Pages