Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 21:16





      Les belles rencontres....je ne suis pas sûr qu'elles soient seulement dues aux fruits du hasard.....

      Dimanche matin, j'écrivais un article dans lequel je citais Giono qui disait " Moi je crois qu'il viendra "......en parlant de Bobi...

      Et Dimanche après-midi, il est venu.... Williwan....un jeune homme brillant, lumineux, rare...un poète qui transporte avec lui son sourire et sa joie.

      Et c'est vrai qu'un être qui rayonne, c'est bon....

      Et comme il est généreux, il nous offre ses textes !
 
      En voici un que j'aime beaucoup.
     
     




            




DSC03042








                      Le coq sonna trois fois avant que la poussière ne puisse s'évader du sol plein de rosée

                     J'avais, sans me prévenir, ouvert l'oeil quand la nuit froissait encore les crapauds insomniaques

                     J'avais ouvert les draps de notre couche sans te réveiller, cherché une couverture de plumes dans notre armoire pour la poser sur ton corps tellement frêle

                     J'avais ressenti l'envie de ne pas partir

                     J'avais frissoné pour la première fois de la nuit en imaginant ton grand voyage

                     Il n'y a rien que tu ne puisses ramener de là-bas.

                     Notre histoire à la peau dure.

                    Regarde mes semelles, elles se décollent avant que de commencer vraiment la route qui m'éloigne.

                    Si les montagnes peuvent mourir, je ne crois pas qu'un jour je puisse t'oublier.

                    Le coq chante mais il ne trahira plus avant que le jour ne pointe

                    Parce que je t'aime.



                                                                                    Williwan
                   
                







DSC03049






Repost 0
Published by Géco
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 14:00







DSC06495







                                                                      ....Cette douce,
                                                                          Cette belle,
                                                                          Assise de couleurs.
                                                                          Tranquille
                                                                          Et, surveillant le ciel,
                                                                          Négligeant la chaleur.




  


                                                                                              Paul Eluard

                                                                                                       " Une "










Repost 0
Published by Géco
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 12:26






P1230801
                                                                                   Photo : PMC








C'était une nuit extaordinaire.
Il y avait eu du vent, il avait cessé, et les étoiles avaient éclaté comme de l'herbe. Elles étaient en touffe avec des racines d'or, épanouies, enfoncées dans les ténèbres et qui soulevaient des mottes luisantes de nuit......


.....Pas de lune, oh ! pas de lune. Mais on était comme dessous les braises, malgré ce début d'hiver et le froid. Le ciel c'était la cendre. C'est l'odeur des écorces d'amandiers et de la forêt sèche.
Jourdan pensa qu'il était temps de se servir du brabant neuf. La charrue avait encore les muscles tout bleus de la dernière fois, elle sentait le magasin du marchand mais elle avait l'air volonteuse.
C'était l'occasion ou jamais. Le cheval s'était réveillé. Il était venu jusque prèt de la route pour regarder.
Il y a sur la terre des beaux moments bien tranquilles.
" Si jamais je l'attends parce qu'il doit venir, se dit Jourdan, il arrivera par une nuit comme celle-là."
Il avait enfoncé le tranchant du coutre au commencement du champ, en tournant le dos à la ferme de Fra-Joséphine et en direction de la forêt Grémone. Il aimait mieux labourer dans ce sens parce qu'il recevait en plein nez l'odeur des arbres. C'est le cheval qui, de lui même, s'était placé de ce côté.
Il y avait tant de lumière qu'on voyait le monde dans sa vraie vérité, non plus décharné de jour mais engraissé d'ombre et d'une couleur bien plus fine. L'oeil s'en réjouissait. L'apparence des choses n'avait plus de cruauté mais tout racontait une histoire, tout parlait doucement aux sens. La forêt là-bas était couchée dans le tiède des combes comme une grosse pintade aux plumes luisantes.
" Et se dit Jourdan, j'aimerais bien qu'il me trouve en train de labourer."
Depuis longtemps il attendait la venue d'un homme. Il ne savait pas qui. Il ne savait pas d'où il viendrait. Il le désirait seulement. C'est comme ça que parfois les choses se font et l'espérance humaine est un tel miracle qu'il ne faut pas s'étonner si parfois elle s'allume dans une tête sans savoir ni pourquoi ni comment.
Le tout c'est qu'après elle continue à soulever la vie avec ses grandes ailes de velours.
" Moi, je crois qu'il viendra " se dit Jourdan.
Et puis, c'est bien vrai, la nuit est extraordinaire. Tout pouvait arriver dans une nuit pareille. Nous aurions beau temps que l'homme vienne.






                                                                                        " Que ma joie demeure "

                                                                                                        Jean Giono








Repost 0
Published by Géco
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 21:15








DSC06504







" Haïti, en bateau dans la forêt, la nuit....

Il attendait que la neige enfin tombe
sur la pâleur de sa peau

qu'elle recouvre les champs les arbres
les murs le toit

Il attendait debout
qu'elle vienne à lui

et lentement
le fasse disparaître de lui

Il attendait
le coeur à bout des bras

qu'elle renvoit toute blancheur
à sa légèreté

à son insignifiance
à sa vanité

Il lui fallait la neige des montagnes
pour s'y jeter
pour y sauter à pieds joints

les pieds entravés
liés par les fers et les douleurs
les pieds porteurs apocryphes
des chaînes épouvantables de l'histoire

Mais à qui demandera-t-il le pardon ?
Et qui voudra bien l'entendre ?

A l'ombre si menue de l'enfant de Gorée
sur le mur et sa peau

dans la dernière lumière
au désespoir de la nuit ?

Lui

L'enfant de la nuit de Gorée
l'enfant noir de toutes les nuits des hommes

Lui

avant que ne vienne la dernière neige

Lui

comme un long cri d'âme et d'amour blessé
comme une étoile hurlant soudain
les avatars de sa lumière

Il tient maintenant contre sa peau
cet enfant de l'île aux douleurs noires

venu tout droit dans les larmes de son coeur
boire à jamais son enfance inachevée

Cet enfant naturel
d'une interminable nuit d'amour
sur le fol abîme du temps

il l'aime

Il l'aime
dans la forêt des siècles et des vents

La neige ne tombe toujours pas
sur les marins ivres

cinglant vers l'Afrique
et reniflant déjà les Amériques
à la vitre sale de leurs yeux bleus

Il regarde encore ses mains

Leur blancheur témoigne obstinément
de leur appartenance
à l'histoire des mains noires

Alors que vienne la neige enfin des hauteurs
pour emporter ce peu de blancheur

au plus lointain
à l'inaccessible limite de toute couleur

et puis aller nu vers les blancs navires
escortés de vastes mouettes

et de cris taillés à la serpe
du grand soleil noir

libre de tenir la main du froid

Et traverser des cimetières d'oiseaux
endormis d'enfants paisibles

parmi les champs bleus d'ignames et de maniocs







                                                                               " Il attendait que la neige enfin tombe "

                                                                                           Jean-marie Berthier

                                                                                                    à Babacar Sall












Repost 0
Published by Géco
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 17:49

            


                         En créant mon wizzz link sur le site de Télérama.fr, j'ai fait de merveilleuses rencontres....de véritables talents à la sensibilité profonde.


                          J'aime associer mes photos aux textes de Inta, Presqu'île, Njel...

                          Elle m'a fait ce très beau cadeau en m'offrant "Murmure" : Merci madame







DSC08510






                                                                               Un frôlement
                                                                               dans l'azur du soir

                                                                               Un froissement
                                                                               sur le fil du temps
                                                                               sur sa peau
                                                                               sur sa peur
                                                                               glissent
                                                                               les grains de sable
                                                                               Dans le sable
                                                                               glissent les eaux
                                                                               Les lézards furtifs
                                                                               en ondes disparaissent
                                                                               Les amours captives
                                                                               en larmes se caressent
                                                                              Un murmure du vent
                                                                              nous rappelle
                                                                              que nos chairs se délitent
                                                                              Les arbres éternels
                                                                              chantent seuls
                                                                              à mes oreilles
                                                                              des sillons d'or et d'ambre
                                                                              où se glisse
                                                                              attentif
                                                                              un rêve d'enfant.




                                                                                          Njel  pour Géco






Repost 0
Published by Géco
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 15:58
DSC06638
Repost 0
Published by géco-landart
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 18:37












DSC04196


















DSC04206










                  " Le voyage n'est jamais celui qu'on attend. Que l'horizon se dérobe, rien à dire ; il est dans sa nature même de fuir. C'est la destination qui se moque vraiment de nous. Nos chemins nous mènent toujours ailleurs. Certains s'agaceront de cette indocilité. Les autres savent, du plus profond de leur âme, que c'est un autre nom pour le sel de vivre. "






                                                                                 Erik Orsenna 






  








Repost 0
Published by Géco
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 17:26









              Je n'y connais pas grand chose, mais à mon sens, un créatif n'existe que si ses oeuvres sont regardées, commentées, critiquées....appréciées, éventuellement achetées !





               Géco pousse le Land-art jusqu'à son paroxysme....il sort des musées (  grand principe landartesque ) , propose ses oeuvres aux hommes et femmes qui passeraient par là....mais tente une nouvelle expérience : exposer pour les volatiles.... car finalement le premier public dans la nature, c'est celui du monde animal.
               J'ai cru percevoir dans leurs regards comme une lumière d'admiration !!!!. ( Par contre il faudra être patient pour les commentaires, les critiques, les appréciations, et une éventuelle rémunération...! ) .
                
            









DSC05727











DSC05735






                              Et pour ceux qui n'ont pu être présents à l'exposition, voici le chef d'oeuvre !









DSC05755









                                            " Chaque oiseau choisit sa branche à l'université des arbres "









                                                                                  Sylvain Tesson


                                                           " Aphorisme sous la lune et autres pensées sauvages "









Repost 0
Published by Géco
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 15:18








DSC03354






                                                       Il est des endroits où le temps n'a plus de valeur....le pays Bédik dans le Sénégal oriental fait partie de ces coins privilégiés.....

                                                        Voici quelques images de son peuple.










DSC03501












DSC03519










DSC03526









DSC02978












DSC03798












DSC03793












DSC03727











DSC03138











DSC03318













DSC03164













DSC03741










DSC03540












DSC04072











                        " Mon espérance de photographe est de valoriser la majesté des êtres que je rencontre, pour la transmettre comme un passeur d'émotion qui relie le coeur des hommes.

                         Je photographie les hommes qui inspirent la sagesse, rayonnent de la paix qui les habite et fructifient l'héritage qui construit l'humanité.

                        J'aime la photographie sereine qui permet d'inspirer des rêves, de cultiver l'espoir, pour bâtir un avenir prometteur.

                        J'aime défendre le futur de notre humanité.







                                                                    Olivier  Föllmi












Repost 0
Published by Géco
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 18:43










DSC05811







                                           " Tous devaient l'un à l'autre une nudité tendre
                                              De ciel et d'eau et de sable
                                              Tous oubliaient leur apparence
                                              Et qu'ils s'étaient promis de ne rien voir qu'eux-mêmes ".






                                                                   Paul Eluard

                                                                    " La plage "






Repost 0
Published by Géco
commenter cet article

Présentation

  • : Géco
  • Géco
  • : Ici, c'est autre chose que loin, c'est ailleurs............. Jean Giono
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Pages