Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 19:32
DSC06769
Repost 0
Published by géco-landart
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 19:11









DSC06769








                                                          C'était toi souveraine de tous les crépuscules,
                                                                qui peignait les plumes des oiseaux
                                                                           les virevoltes de leurs vols,
                                                                                 le son de leur chant.
                                                                       C'était toi, dispensatrice de vie
                                                                et du don de respirer, de se mouvoir,
                                                             celle qui enseigne au soleil la trajectoire,
                                                        à la nuit ses ombres et aux tribus leurs danses.

         






                                                                                                     Otto Raûl Gonzâlez




    


Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 21:24








                                                                 Un petit clin d'oeil à mon frère Grecko.....


                              



DSC05411





                                                                           "  La couleur me possède,
                                                                    Je n'ai plus besoin de la rechercher
                                                                     Elle me possède à jamais, je le sais.
                                                          Voici ce que signifie ce moment heureux :
                                                                                 Moi et la couleur,
                                                                           Nous ne formons qu'un.
                                                                                   Je suis peintre."





                                                                                                             Paul Klee






Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 18:40

 



     Effectivement Manu, la réponse à l'énigme du " cékoidonc" est donc ....un jardin ....situé non loin du Lac rose, au Sénégal.

     Ou plutôt des jardins.....



   






DSC04953









          Au Sénégal, l'agriculture occupe près de 70% de la population. La zone des Niayes, qui représente la bande de terre située le long du littoral entre Dakar et St Louis produit la mojorité des fruits et légumes du pays et est une région fortement peuplée. La plantation massive de filaos du littoral nord appelée " bande de filaos " constitue la principale zone de survie des habitants de cette zone. La constitution de cette bande en 1970 par l'état du Sénégal à permis de lutter contre l'érosion éolienne et contribua à la sédentarisation de 150000 personnes et au développement d'activités économiques tel que le maraîchage.








          DSC04932








     Ces jardins sont donc le fruit d'un projet très ambitieux.
     L'eau douce est située à quelques mètres sous le niveau du sol.
    La terre est ici parsemée de nombreux coquillages que les hommes utilisent pour créer de petites parcelles formant des "damiers" et limitant de surcroit l'évaporation importante sous ces latitudes .








DSC04940






        Et quand ces jardiniers deviennent de véritables artistes de la nature, peut on les nommer Landartistes ?







Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 11:07







DSC04944






                                          Un petit jeu du "cékoidonc"....

                   A vous de deviner l'utilité de ces formes géométriques.


                 Indices : Non ce n'est pas la dernière oeuvre du grand Géco !
                                 Non ce n'est pas un échiquier géant !

                  
                   


Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 19:01








DSC06441







"... Tu m'as murmuré perfection
Moi je t'ai soufflé harmonie
Quand nous nous sommes embrassés
Un grand silence s'est levé
Notre nudité délirante
Nous a fait soudain tout comprendre

Quoi qu'il arrive nous rêvons
Quoi qu'il arrive nous vivrons


Tu tends ton front comme une route
Où rien ne me fait trébucher
Le soleil y fond goutte à goutte
Pas à pas j'y reprends des forces
De nouvelles raisons d'aimer
Et le monde sous son écorce
M'offre sa sève conjuguée
Au long ruisseau de nos baisers


Quoi qu'il arrive nous vivrons
Et du fond du Château des pauvres
Où nous avons tant de semblables
Tant de complices tant d'amis
Monte la voile du courage
Hissons-la sans hésiter
Demain nous saurons pourquoi
Quand nous aurons triomphé...."







                                       Paul Eluard

                               Extrait du poème " Le Château des pauvres "







Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 13:40


















                                      " Chaque homme est soif de totalité, faim de communion.
                                           C'est pourquoi, il cherche le sens de son existence,
                                               autrement dit ce chaînon qui le relie au monde,
                                              qui le fait participer au temps et à son mouvement. "





                                                                                                  Octavio Paz


Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 17:45





      






J'étais une belle étoile
Aux myriades de feux,
Qui portait dans ses voiles
Les océans des cieux.

Souvent je t'ai donné
Mes trésors, mes secrets,
Des envies de rêver...
Et toi, qu'en as tu fait ?

J'ai espéré pourtant,
En te prenant la main,
Te faire goûter aux vents
Soufflant sur les chemins.


En t'offrant mes saveurs,
Je cherchais un ami,
Un homme protecteur
Pour chérir la vie.

Or c'était sans compter
Sur les vices du temps,
Qui firent s'évaporer
Nos espoirs d'antan.

Tu aimais les chimères
Et l'alcool en abus,
Panthéons éphémères,
Richesses sans vertus.

Tes gestes voulaient encore...
Toujours plus profiter...
Abuser de mon corps,
De sa fragilité.


Flirtant les paroxysmes
Emporté par tes rites,
Enivré d'égoïsme,
Tu brisas les limites.

Notre amour s'est éteint
Embrumé d'habitudes,
Sémaphore lointain
Noyé de solitudes.

Sur l'autel des saignées
Tout n'est plus que lambeaux,
Meurtris et écorchés
Aux barbelés des mots.

En souillant l'atmosphère
Ton nom s'effacera,
Reposant sans lumière
Dans l'ombre de Gaïa.





                      Géco


    Ouakam, le 07/12/2009, jour d'ouverture du sommet de Cophenague







Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 08:45

















               " Elle aimait la pluie comme le soleil. Ses moindres pensées avaient une couleur réjouissante comme de belles fleurs bien saines, qui plaisent toutes. "






                                                                                    Alain







Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 18:39












                              " Que restera t-il auprès des regrets, des remords,
                                   des songes suspendus qui ne survivent pas ?
                                 Que restera t-il des passages abîmés où l'âme,
                                                               de son vertige,
                                                   a sondé les trous sombres ?

                                Des estampilles absurdes teintant l'air de virgules
                                       Particules indicibles frôlant les interstices
                                       Des traces de silence, des gestes de recul
                                       Et le chemin qui longe le rêve des abysses.

                                   Chevelure arrachée aux nuits des soleils noirs,
                                                             la prairie du regard
                                                          qui jaunie les mesures
                                                         des pentes accessibles,
                                 n'atteint pas les sommets de ce que nous voulions.
                                                          Nous restons, insipides,
                                                    majuscules infimes certitudes,
                                                    ridicules pantins, fous du roi,
                                                                    malhabiles.

                                           Il restera le sel des inclinaisons tendres,
                                     l'usure des érosions des années de parcours
                                           Il restera nos pas sur la corde tendue
                                     et la caresse intime des yeux qui se referment.

                                             Il restera, stigmates aux doigts croisés,
                                                       nos plus belles rencontres
                                                        aux bords des précipices."




                                                                                                        INTA

 











Repost 0
Published by Geco
commenter cet article

Présentation

  • : Géco
  • Géco
  • : Ici, c'est autre chose que loin, c'est ailleurs............. Jean Giono
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Pages