Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 20:19












Le ciel horizontal s'étend
Comme une promesse vide
Page bleue sur la terre des possibles


Elle compte
Les pas qui nous séparent
Elle voudrait nous rejoindre vite
Mais pas encore

Avant l'heure.... le plastique le métal
Avant l'heure....le rêve occidental


Take your time















Un homme danse devant l'océan
Langue noire sur les côtes
De la terre des possibles

Il gronde sa colère de limon
Patient comme l'érosion
Et la rouille tranquille

A l'assaut des chaînes de métal
A l'assaut du rêve occidental
















Take your time......




Laforest
"Sur la terre des possible"









Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 10:01








    L'oeuvre de Giono ne serait pas ce qu'elle est si, à vingt-six ans, il n'avait fait la connaissance de Lucien Jacques qui devint son ami et son mentor.





  ".... Vous ne manquerez pas de me dire ce que vous pensez franchement de tout cela, même si ça ne vaut rien. Il vaut mieux que vous me préveniez et que je travaille encore au lieu de sortir des âneries qui seraient préjudiciables à vous et à moi...."

Jean Giono Manosque 1923
















    ".... C'est parfait, Giono, très pur, très beau, et comme je vous l'ai dit déjà, c'est à l'image de votre pays, très grave, avec d'exquis sourires, c'est mesuré, balancé, d'un équilibre parfait et d'une langue très riche et tout à fait neuve. Cela chatoie sans clinquant, chante sans "ténoriser", émeut sans appuyer. Enfin je suis tout à fait sûr désormais d'avoir bien rencontré un des meilleurs jeunes poète de ce temps. Il est bon que je vous le dise, encore que vous ayez en vous la certitude; n'est ce pas ? Car chez vous le sens critique ne fait pas défaut et ce n'est pas être orgueilleux en vain que de se situer soi-même....."

Lucien Jacques, Février 1924















"....Votre amitié, Jacques, m'est d'un immense secours. Sans elle je n'aurais pas ces notations qui me permettent de me diriger à travers ce désert aride qui sépare de la hautaine statue de la beauté. Il me manquera toujours cette culture classique, j'entends l'étude du grec et du latin, mais j'espère quand même, et, cependant, je travaille et le temps passe, et c'est délicieux, sauf quand je suis durement aux prises avec mon impuissance....."

Jean Giono  Manosque 1925
















"....Ces heures d'en ce moment sont les plus belles, les plus émouvantes d'avoir été les plus désirées, les plus attendues. Je suis comme le Baptiste le jour de la révélation du Seigneur....."


Lucien Jacques 1929
















"......Tout ceci pour en arriver à te crier : "attention". Attention à la facilité.
Tu me fais l'effet d'un vendangeur qui pendant des années, avec sa petite vigne ( d'un plan merveilleux, inconnu), a fait des breuvages magiques (le fond restait toujours le vin) mais tu y ajoutais, tu y essayais des herbes aux vertus et à l'arôme inconnus ou oublié. Et par goût, dans ta solitude, tu es arrivé à doser ça de façon parfaite, et l'année d'une bonne récolte, ça a fait "Colline". Et maintenant on en veut et on en veut de "celui-là" de ce même goût, et toi  qui as de quoi composer cent breuvages de plus en plus étonnants, tu risques d'être amené à répéter la même chimie. Ta vigne s'est agrandie, les quelques êtres qui goûtaient au vin de la petite vigne sont devenu légion, mais les vrais premiers savent que ce vin-là n'est pas le seul que tu puisses tirer de toi. Et les autres un jour te diront : celui que vous faites ne vaut pas la première bouteille.
Et ce sera faux du reste parce qu'ils n'auront pas le palais assez fin pour en plus du goût de l'herbe "mystère" trouver les cents saveurs de terre, de sueur, de pierre, d'humain.
Attention Jean, ne te laisse pas embobiner par ces "clients" : que ce soit eux qui te subissent, non toi qui les subisses...."


Lucien Jacques 1930
















"....Ne t'inquiète pas Lucien, mais parle-moi encore de ton inquiétude et dis-la-moi, car de te sentir autour de moi avec cette intelligente amitié et cette affection si active je suis sauvé ne t'inquiète pas; je vois, je sais, je marche vers ce point où je veux aller et ce ne seront ni les cajoleries ni les coups de pied au cul, qui me feront varier d'un millimètre....."


Jean Giono Manosque 1930
















Lucien Jacque sera enterré à Montjustin le 13 Avril 1961.



















" Mes chers minéraux, coteaux d'ocre tendre,
Rocs montrant les dents,
Mon ami défunt m'incite à vous rendre
Un hommage ardent.
Mon ami vivant m'ouvrit grand les portes
Du beau pays sec
Où trois mois durant la cigale forte
Gratte ses rebecs.
Par les raidillons blancs de canicule
Qu'il aima si fort
Je vais mesurant les travaux d'hercule
Qu'accomplit la mort.
Le chaud crétacé survit au martyre
D'océans entiers,
Le menu fragment dit les grands empires
Passés au mortier.
Ruches d'oraisons que le ciel fit taire
Grossièrement
Se sont effondrés les beaux monastères,
Les clochers romans.
Et cela se fit minute à minute,
Cela se poursuit
Sous les secs rebecs, les humides flûtes
Des jours et des nuits.

Mes chers minéraux qui chantez absoute,
Mes bons éboulis,
Et vous, longs adieux de race dissoutes,
Mes silex polis,
Mes silex taillés dont la pointe aiguë
Est le cri sans fin,
Mes cailloux écrits, mes bouts de statues,
Mes tessons latins,
Vous qu'il installait dans sa maisonnée
Comme des vivants,
Mes pierres d'amour toutes condamnées
Aux enfers du vent,
Ah ! Plus que jamais mon pas vous révère,
Vous flattent mes mains
Si, comme je crains, mon ami, mon frère,
Si comme je crains
Son acceuil, sa voix, son regard uniques
Et délicieux,
Ses vertes façons de faire la nique
Aux rigueurs des cieux,
Ses pêchés d'enfant, ses grandeurs d'apôtre
Réduit à zéro,
Mon ami défunt n'est plus que des vôtres,
Mes chers minéraux.



Lucienne Desnoues
"In memoriam Lucien Jacques"















Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 18:22













   " Elle aimait la pluie comme le soleil. Ses moindres pensées avaient une couleur réjouissante comme de belles fleurs bien saines, qui plaisent toutes."


Alain



Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 18:07






A Njel, Inta, Brigitte, Flo, Presqu'île....à toutes.















" Liquide irrésolu mâchant de la lumière
Crachant des pluies ouvertes aux naissances d'autrui

Ce soir comme hier l'espoir se promène

Niant les pesanteurs des plongeons éphémères
Frissonnant des reflets et des poissons stellaires

Ce soir comme demain l'espoir s'amène

Mes soeurs aux épaules courbées sous les cieux
Qui supportent le temps et exhortent le sort
Vos pas n'empreintent pas ils empruntent aux dieux
Pour ramener le soir l'espérance à bon port

Les porteuses d'eau marchent souplement
D'un pas élastique
C'est qu'il ne faut pas heurter le présent
Ce tapis unique

Le futur c'est le matin

L'heure de repartir."




"Les porteuses d'eau"
David Imbert










Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 17:46











  Le scolo. devant le pont Faidherbe ( le plus léger du monde comme aiment à dire les guides Sénégalais puisqu'il est fait... d'herbes....!).
  Il en a de l'endurance le Scolo pour se promener ainsi dans toute la Téranga ! Apparemment, il se sent bien ici....
   Pour les passionnés d'histoire, je vous laisse le soin de faire vos propres recherches  sur la véritable épopée de ce pont.....







" Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts"

Isaac Newton







Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 09:36












   Le jour d'anniversaire du blog tombe en même temps que celui de la journée de la femme.....coïncidence ?!
   Voilà un an que ce site est créé....
   A travers 278 articles, peut-être 700 photos présentées ( je ne sais plus), 16000 pages visitées.....et des mots à rêver, j'ai essayé de partager avec vous un peu de mes passions !
    Cette très belle aventure, jalonnée par des rencontres extraordinaires, je vous la dois....donc je n'ai qu'un mot à vous dire....Merci.

  
  














" Ils dansent en marchant ou bien marchent en dansant au son d'une mélodie intérieure, car avec leur corps ils pénètrent le monde qui les entoure à la recherche d'une harmonie dont ils conservent la mémoire."

Raymond Johnson






Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 09:28





 Lorsqu'on aime le Land-art, on aime la nature et ses merveilles!
 Je vous offre..... une pure merveille.....Le parc du Djouj et ses oiseaux !

Mais le Djoudj, c'est où ?










                                                                             Le Djoudj, c'est par là !











                                                  Non, c'est par là !











                                                      Ok , on y va.....












                                                   C'est partit !











                       Et les amis attendez moi !











         
                            Venez tous, plus on est de fous, plus....













                               Et il y a de la place pour tout le monde....












                 Pour moi aussi ?












                 Allo la tour, escadrille en phase d'approche finale !












                                              Arbrissage !











                                   Mais c'est vrai qu'on est bien ici !










                                   Il y a de quoi becqueter...









                                             On peut pêcher....









      

                                                     Nager....












                                                   Se dorer la pillule.....













                Faire des calins et des petits... des dizaines de petits...













       Et en plus, les seuls chasseurs que l'on croise ici, ce sont ceux d'images.




                                   ......Le paradis !







     Créé en 1971, classé en 1977 "zone humide d'importance internationnale" par la convention de Ramsar, puis inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco en 1980, le parc du Djoudj constitue la troisième réserve ornithologique du monde. Il s'étend sur 16000 hectares, dans le delta du Sénégal. La cuvette du Djoudj est la seule contrée verte de la région du Sahel. Les oiseaux migrateurs y trouvent, après la traversée du Sahara, leur premier marais d'eau douce. De Novembre à Mars, trois millions d'oiseaux appartenant à 365 espèces y hivernent.....

Sources : Guide évasion








Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 19:38














"Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s'est retirée
Démons et merveilles
Vents et marées
Et toi
Comme une algue doucement caressée par le vent
Dans les sables du lit tu remues en rêvant
Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s'est retirée
Mais dans tes yeux entrouverts
Deux petites vagues sont restées
Démons et merveilles
Vents et marées
Deux petites vagues pour me noyer."




Jacques Prévert
"Sables mouvants"







Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 19:19









     Les ramasseurs  plantent des perches dans le lac Retba afin de marquer les endroits suceptibles d'être prolifiques en sel.
























    Et bien "Le grand Géco" ( dit "El magnificos") a lui aussi, voulu aller à la récolte du sel. Après avoir ramassé les nombreuses perches échouées sur la berge, il les a planté là où il a trouvé le fameux chlorure de sodium.


 
   Seulement, dans le lac rose,  du chlorure de Sodium, ....il y en a partout !

 










   Voilà donc le résultat de ma prospection :  Impressionnant n'est ce pas ?!











  
   Si un jour vous passez par là, je vous demande un peu de discrétion par rapport à mon expérience de chercheur de sel....vous pourriez par exemple, simplement vous exclamer... "Oh quelle merveilleuse oeuvre d'art !
"....
  













    Je ne me lasse pas d'admirer....les perches plantées dans le lac rose....







Repost 0
Published by Geco
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 22:25








      Extrait d'un livre merveilleux d'Andy Goldsworthy : CAIRNS


 " Ce ne sera une révélation pour personne : l'enjeu fondamental de cette fin de siècle réside dans la faculté que saura déployer l'homme de transformer son rapport à la terre.
 Sans cette transformation, qui est d'ordre culturel, il n'y a pas d'avenir possible.
 Réviser notre manière traditionnelle de penser fondée, dans notre civilisation occidentale, sur le triple antagonisme monde sensible-monde intelligible, sujet-objet, moi-monde ; proposer une conception de la vie qui aurait partie liée avec le cosmos et déboucherait sur un mode inédit de comportement : une habitation poétique de la terre ; inventer de nouveaux modes d'expression capables de dire cette manière autre d'être au monde - tel est l'enjeu, l'enjeu global.....
















 ... D'où le rôle de l'artiste qui apparaît, aujourd'hui plus que jamais, comme primordial.
  Placé aux avant-postes de la conscience collective, là où prennent naissance les intuitions et les orientations qui seront les idées-forces de demain, c'est à lui en effet que revient la mission, non plus de participer au recouvrement du monde par le dépôt d'"archives personnelles", mais par sa pratique artistique visant une écoute poétique de la nature, de re-découvrir ce monde et ce faisant, d'ouvrir une voie inaugurant le rapprochement de l'homme avec sa planète....
















...Parce que la relation à la terre est avant tout d'ordre esthétique, voir extatique, comme le dit Edgar Morin, l'art devient une médiation indispensable pour renouer le lien organique rompu.
   Quand le discours politique, qui fait de la protection de l'environnement une contrainte nécessaire, ne solicite que la volonté raisonnante ; quand le discours logique de la démonstration scientifique ne fait appel qu'à l'intelligence techniciste pour tenter de trouver des solutions de réparation à ce qui a été abîmé par des siècles d'exploitation ; l'art, en donnant à voir et à ressentir, touche directement la part sensible de l'homme, la plus apte à le faire se mouvoir dans le sens d'une transformation de sa manière d'être. Indéniable est donc son importance dans l'élaboration d'une nouvelle pensée de la terre, lui qui fournit à notre mental des supports de représentation capables d'éveiller notre conscience "géopoétique" - pour reprendre le terme de Kenneth White - et ainsi, de modifier notre rapport au monde......











....C'est dans cette perspective que l'on peut aborder l'oeuvre d'Andy Goldsworthy "

Anne Bineau
"Un art intégral"















" L'art ne peut se limiter à la représentation, au commentaire et à la métaphore, il doit d'abord transformer le monde, transformer le rapport de l'homme à sa planète "


Thierry Guinhut







Repost 0
Published by Geco
commenter cet article

Présentation

  • : Géco
  • Géco
  • : Ici, c'est autre chose que loin, c'est ailleurs............. Jean Giono
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Pages