Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 04:48
1182 - Les plaintes d'un Icare


Les amants des prostituées
Sont heureux, dispos et repus ;
Quant à moi, mes bras sont rompus
Pour avoir étreint des nuées.

1182 - Les plaintes d'un Icare


C'est grâce aux astres nonpareils,
Qui tout au fond du ciel flamboient,
Que mes yeux consumés ne voient
Que des souvenirs de soleils.

1182 - Les plaintes d'un Icare


En vain j'ai voulu de l'espace
Trouver la fin et le milieu ;
Sous je ne sais quel oeil de feu
Je sens mon aile qui se casse ;

Et brûlé par l'amour du beau,
Je n'aurai pas l'honneur sublime
De donner mon nom à l'abîme
Qui me servira de tombeau.


Charles Baudelaire.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
C'est sublime ! J'aime que le soleil ait des tuteurs...
Et par chance, on n'a jamais vu la cire de l'appareil fondre à la chaleur...
Envolons-nous donc sans peur ! :-)
Répondre

Présentation

  • : Géco
  • : Ici, c'est autre chose que loin, c'est ailleurs............. Jean Giono
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Pages